27 mars. Séminaire de traductologie féministe | 9h30 Cornelia Möser : « Traduire c’est produire » | 14h Samantha Saïdi : « Archives féministes et traduction »

27 mars 2019 – 29 mars 2019, de 9h30 à 12h, à l’ENS de Lyon, en salle D4.260 (site Descartes, bâtiment 4, 2ème étage)

Présentation

Cornelia Möser. Chargée de recherche CNRS, elle est spécialisée en études sur le genre, sciences de la culture, philosophie et science politique. Dans Féminismes en traductions. Théories voyageuses et traductions culturelles (2013), elle interroge les processus de traduction théorique et de transformation des concepts (et débats) féministes et du genre, en France et en Allemagne. Elle analyse en ce moment la place et le rôle de la sexualité dans la pensée queer et féministe depuis les années 1960.

Séance. Lors de la séance FELiCiTE de novembre 2018 Yannick Chevalier posait la question de l’appropriation du mot «genre» en anglais pour désigner tout ce qui n’est pas sexe, et celle de l’acception technique «genre grammatical» dans les discours féministes et le champ scientifique des études féministes.

En écho à ces questions, Cornelia Möser s’empare de la traductologie pour interroger la traductibilité du mot « genre » et la critique de sa réception dans les contextes de débats féministes et disciplinaires crispés en France et en Allemagne. Après être revenue sur ce qui, via « la pensée de la différence », distingue l’utilisation du mot « gender » chez Judith Butler de celle du mot « sexe » comme marqueur de rapport social de domination via l’approche matérialiste de Christine Delphy, elle tente de comprendre les conditions qui ont rendu possible, pour Judith Butler, un travail foncièrement transdisciplinaire et transnational. A la fois philosophe et traductrice au quotidien, Cornelia Möser revisite pour nous non seulement Butler, mais aussi les traductologies de Walter Benjamin, Naoki Sakai, Edward Saïd, Rada Ivekovic, et bien d’autres, pour renverser les discours sur l’intraduisibilité et dépasser les frontières, utilisant ainsi, en féministe, la traduction comme un pied de nez à la fidélité à la nation, à une discipline ou un courant politique.

Atelier de traduction 14h

Samantha Saïdi
Archives féministes israéliennes, palestiniennes ou hongroises et mouvements féministes-pacifistes transnationaux au XXe s. : Textes d’Hannah Safran et Judit Acsády.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/04/2019

    […] Rencontre avec CATHERINE ACHIN et LAURE BERENI pour la parution du "Dictionnaire genre et science politique" – 19h – Violette and Co votre librairie en ligne. Esthétique et philosophie de l'art: Repères historiques et thématiques. Eidos et Oudia. 27 mars. Séminaire de traductologie féministe | 9h30 Cornelia Möser : « Traduire c’est produir…. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.