24 mai Séminaire de traductologie féministe | 9h30 Claire Gallien : «Champ postcolonial et recherche en traduction»

Vendredi 24 mai 2019 – 9h30 D4260 (ENS de Lyon, site Descartes)

Présentation

La séance du séminaire portera sur les apports de la critique postcoloniale dans les études sur la traduction. Nous reviendrons sur le moment clé du cultural turn, la manière dont la critique postcoloniale s’est nichée dans ce tournant et a interpellé le champ de la recherche en traduction, du moins dans son versant théorique. Les logiques commerciales de la traduction des littératures empêchent un véritable tournant postcolonial des pratiques. Le séminaire sera l’occasion pour les participant.e.s de lire ou relire les auteur.e.s qui ont travaillé à l’intersection du postcolonial et de la traduction (notamment Bassnett, Lefevere, Trivedi, Venuti, Niranjana, Robinson, Tymoczko, Dingwaney…). Nous reprendrons les apports du tournant postcolonial et les critiques qui lui ont été faites, et notamment la reconduction de structures binaires, l’essentialisation des “intraduisibles”, ou encore la difficulté de penser la traduction hors schéma de domination, et reviendrons sur les réponses apportées à ces critiques par les théoricien.ne.s du postcolonial. La séance se conclura par une ouverture sur l’apport du tournant que je ne qualifierais pas de postcolonial mais plutôt de décolonial, apport encore largement à venir, à mettre en place, et qui consisterait en un travail de décentrement, d’écoute, et de comparaison sur les manières plurielles de concevoir théorie et pratique de la traduction à travers les traditions littéraires. Nous prendrons pour exemple le texte d’Abdelfattah Kilito, Though shalt not speak my language, et analyserons la manière dont les linguistes arabes classiques ont pu théoriser la traduction et quels discours sur le statut de l’écrit, de l’œuvre, et de l’auteur cette conception implique-t-elle.

Le séminaire reprendra ensuite à 14h, avec une intervention de Béchir Ghachem sur les traductions du récit carcéral de Fatna El Bouih.

Intervenante

Claire Gallien est maîtresse de conférence à l’université Paul Valéry – Montpellier 3. Membre de l’Institut de Recherche sur la Renaissance, l’Age Classique et les Lumières (IRCL, UMR 5186), ses activités de recherche portent sur l’orientalisme de la première modernité, la construction des littératures orientales en contexte orientaliste britannique, et les résonances de ces configurations dans les littératures contemporaines de langues anglaise, arabe, indiennes.

Elle publie L’Orient anglais en 2011 chez Oxford University Studies in the Enlightenment et prépare actuellement un deuxième ouvrage From Corpus to Canon: Eastern Literary Traditions and Orientalist Reconfigurations in Seventeenth- and Eighteenth-Century Britain. Elle coédite avec Ladan Niayesh Eastern Resonances in Early Modern England (Palgrave, 2019) et avec Sarah bin Tyeer The Edinburgh Companion to Islam and World Literature (Edinburgh UP, 2020). En 2017, elle a dirigé le n° 39.2 de la revue Commonwealth. Essays and Studies, numéro dédié aux littératures anglo-arabes et en 2018 le n°54.6 de la revue Journal of Postcolonial Writing dédiée aux littératures des réfugiés.

Le séminaire reprendra ensuite à 14h, avec une intervention de Béchir Ghachem sur les traductions du récit carcéral de Fatna El Bouih.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.