15 mars – Journée d’étude “La traduction du genre des violences”

A l’ENS de Lyon, en salle D4.260

La journée sera dédiée à l’importance de la traduction de textes sur les violences conjugales ou intrafamiliales, pour la transmission et la réception, en France, des débats qui les entourent, et des concepts que ces débats produisent.

Aux États-Unis par exemple, différents groupes interrogent la symétrie de genre, les féminicides, la violence des femmes hétérosexuelles ou homosexuelles, en fonction des typologies de la violence qu’ils proposent et de la vision du genre qu’ils adoptent. Or, la traduction et la réception de ces typologies, débats ou concepts, peuvent avoir des impacts importants, en France, sur les représentations qui traversent la société civile, ou encore, les solutions apportées par les associations et les politiques publiques mises en place.

 

9h – 12h Conférences

  • 9h Pauline Delage : Trahir plutôt que traduire ? Les leviers de la comparaison des mobilisations féministes contre les violences conjugales en France et aux Etats-Unis
  • 10h Margot Giacinti : Enjeux théoriques et pratiques de la traduction du femicide
  • 11h Delphine Merx : Vers une analyse critique du concept de “child abuse”

14h – 16h Table ronde / Atelier de traduction

  • Samantha Saïdi : Introduction de l’atelier par à partir de la traduction de textes de sociologie sur les violences de couples hétérosexuels et homosexuels (Michael P. Johnson / Claire M. Renzetti / E. Stark / E. Pence)

16h Conclusion de la journée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.