19 avril 2019 ▾ Séminaire de traductologie féministe | 9h30 Pinar Selek – 14h Julien Bordier

à 9h30 – salle D4.260
Pinar Selek, maîtresse de conférences en Science politique à l’Université Nice Sophia Antipolis (labo URMIS)
Théories féministes en exil. Traduction et circulation des idées féministes depuis la Turquie
Discutante : Sylvie Monchatre, professeure de sociologie, rattachée au Centre Max Weber (UMR 5283)
à 14h – salle D4.260
Julien Bordier, docteur en sociologie, traducteur
Mon histoire, l’autobiographie de Rosa Parks et Blues et féminisme noir de Angela Davis. À propos de deux livres essentiels traduits trop tardivement
Discutante : Marion Pulce, professeure agrégée d’anglais à Sciences Po Lyon

Quelques détails

Pinar Selek. Sociologue militante antimilitariste, féministe et écrivaine turque, Pinar Selek vit en exil en France.

Depuis son arrivée en France Pinar Selek nous a apporté un énorme savoir-faire militant et conceptuel. Elle prône une approche sociologique en immersion dans les groupes étudiés, au regard de sa propre expérience d’étude des minorités à Istambul (enfants de la rue, enfants de prostituées, jeunes homosexuels, transsexuel·les), et d’étude de l’histoire orale de la diaspora politique kurde au Kurdistan, en Allemagne et en France qui déclenchera sa persécution politique par le gouvernement turque.

Sa contribution à la pensée féministe francophone associe prise de conscience du pouvoir de la solidarité, remise en cause de l’éclatement des luttes progressistes et de la construction des masculinités par le militarisme.

Discutante : Sylvie Monchatre, Professeur des universités à l’université Lyon 2.

****

Julien Bordier est docteur en sociologie et traducteur.

Il reviendra sur l’histoire de la traduction de deux ouvrages, celle de Mon histoire, l’autobiographie de Rosa Parks et celle de Blues et féminisme noir de Angela Davis, parus récemment en français aux éditions Libertalia.

Publiés respectivement en 1992 et 1998, il est bien étonnant que l’autobiographie de Rosa Parks et Blues et féminisme noir de Angela Davis aient dû attendre la fin des années 2010 pour être enfin traduits en français. C’est sur cet étrange constat que Julien Bordier articulera la présentation de son travail de traducteur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.