24 mai 2019 ▾ Séminaire de traductologie féministe | 14h Béchir Ghachem : Traductions du récit carcéral de Fatna El Bouih

Vendredi 24 mai 2019 – 14h D4260 (ENS de Lyon, site Descartes)

Présentation

Après la séance de 9h30 avec Claire Gallien et Makram Abbès, le séminaire reprend à 14h, avec une présentation de Béchir Ghachem.

Béchir Ghachem est masterant de M2 et commence un doctorat à l’université Paris Diderot, IRIS. Il est auteur du mémoire Genre, mémoire, témoignage. De la violence carcérale de genre dans les années de plomb au Maroc à travers l’écriture testimoniale de Fatna El Bouih.

Résumé de l’intervention :

Une femme nommée Rachid de Fatna El Bouih est le premier, et l’unique jusqu’à aujourd’hui, témoignage carcéral marocain écrit par une femme sous le règne autoritaire de Hassan II. Ce texte inclut également les textes de deux autres détenues politiques. D’abord publié en arabe en 2001 sous le titre de Hadith Al Atama (Discours de l’obscurité), puis en français en 2002 par Francis Gouin, et en anglais en 2008 par Susan Slyomovics et Mustapha Kamal sous le titre de Talk Of Darkness, il est considéré par la critique comme le premier témoignage d’une détenue politique pendant les années de plomb. En 2016 la deuxième édition d’Une femme nommée Rachid est publiée en version poche. La séance se concentrera sur la comparaison de ces deux traductions qui soulignera les problèmes de ré-écritures, suppressions et transformations motivées par le gendermainstreaming.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.