6 juin 2019 ▾ Séminaire de traductologie | 16h Axelle Cressens Dire, comprendre et interpréter à l’aune des inégalités de genre : Éléments pour une herméneutique féministe

Résumé

La séance sera une tentative pour circonscrire et explorer un territoire jusqu’ici peu revendiqué par les théoriciennes et les chercheuses féministes, mais dont la réappropriation pourrait s’avérer fructueuse quant au travail féministe de la déconstruction du langage, de l’histoire et du savoir, et quant aux recherches en traductologie féministe : celui de l’herméneutique. Que pourrait être aujourd’hui une herméneutique féministe ? Ou encore : quelle herméneutique pour la prise en compte des expériences des femmes et des problématiques liées aux inégalités de genre et aux rapports de domination ? Afin d’interroger la possibilité d’une théorie et d’une pratique herméneutiques féministes, je propose, au lieu de partir du courant (masculin et androcentrique) de l’herméneutique philosophique, de replacer la question herméneutique au sein même de l’approche féministe, dans une double perspective épistémologique et politique qu’elle présuppose. Il s’agira de montrer que, dans la mesure où elle vise à tirer au clair les présupposés sociaux et politiques du genre et à permettre l’émergence des voix des femmes et d’autres voix inaudibles, la démarche féministe englobe une démarche herméneutique. La première partie de cette intervention portera sur l’analyse critique de la question des « ressources féministes » qu’on pourrait trouver dans la tradition herméneutique « androcentrique » (question qui encadre la plupart des études menées jusqu’à présent sur le rapport entre féminisme et herméneutique, dont : Bowles, 1989 ; Buker, 1990 ; Elam, 1991 ; Warnke, 1993, 2014 ; Code, 2003). La deuxième partie de la séance sera consacrée à l’interrogation sur la possibilité (et l’utilité) de la réappropriation de l’herméneutique par le féminisme, ainsi qu’à la réflexion sur l’herméneutique féministe comme projet à venir.

 

Biographie

Valeriya Voskresenskaya (Axelle Cressens) est docteure en philosophie, spécialiste de l’herméneutique philosophique du XXe siècle et, plus particulièrement, de la pensée de Hans-Georg Gadamer (1900-2002) à laquelle elle a consacré sa thèse de doctorat. Membre associée du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales (CRISES, E.A. 4424), son travail actuel se situe au croisement de l’herméneutique et des recherches féministes, et porte sur les problématiques de l’interprétation, du sens et du langage au prisme du genre, tout en explorant les moyens d’inscrire l’herméneutique au sein de l’épistémologie et de la critique féministes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.