18 mars 2022 ▾ Annabel Kim : Le chantier wittiguien de traduction

Le 18 mars 2022, de 14h à 16h.
En visioconférence et en présentiel à l’ENS de Lyon, site Descartes (salle D4.260, salle de réunion Triangle 2e étage).

Annabel Kim est professeure associée des langues et littératures romanes à l’Université de Harvard. Spécialiste de la littérature française des XXe et XXIe siècles, Kim est l’auteure de deux livres : Unbecoming Language: Anti-Identitarian French Feminist Fictions (Ohio State UP, 2018) et Cacaphonies: The Excremental Canon of French Literature (University of Minnesota Press, 2022). Elle a également publié sur des auteurs contemporains tels que Marie Darrieussecq, Anne Garréta, Daniel Pennac, et Leïla Slimani dans PMLA, French Studies, diacritics, L’Esprit Créateur, Revue critique de fixxion française contemporaine, SITES: Contemporary French and Francophone Studies ainsi que dans des revues plus publiques telles que Public Books et AOC [Analyse Opinion Critique].

Le Chantier littéraire de Monique Wittig est un texte absolument fondamental pour la compréhension de son œuvre et littéraire et politique : c’est un texte qui est même plus important d’une certaine façon que La pensée straight, ouvrage essentiel de la théorie féministe. Mais ce texte clé reste très peu connu, surtout à un public non-francophone qui n’aurait pas moyen d’accéder aux idées contenues là-dedans sans traduction. Mais traduire Wittig est un projet difficile qui pose beaucoup de difficultés à cause de la façon très pointilleuse dont Wittig travaille et retravaille le langage : sa sensibilité langagière est sans pareil. Un écueil inévitable est le choix que la traductrice doit faire entre la fidélité au style et à la voix de Wittig, d’un côté, et la clarté et la communication de ses concepts, de l’autre. Dans cet atelier, nous entrerons dans le chantier de traduction pour faire face au Chantier littéraire et discuter de diverses façons possibles de traduire cette œuvre et de ce que chaque choix coûte à l’intégrité du texte et à sa réception.

Discussion : Héloïse Thomas et Yannick Chevalier

Inscriptions : samantha.saidi [at] ens-lyon.fr (notamment pour obtenir le vademecum dont il est question ci-dessous)

Avant de suivre cette séance, quelques conseils de lectures :

L’ouvrage d’Annabel Kim Unbecoming Language : Anti-Identitarian French Feminist Fictions (Ohio State UP, 2018) est une très belle introduction à la séance [18 mars 2022] pendant laquelle l’autrice nous présentera sa traduction du deuxième chapitre du Chantier Littéraire de Monique Wittig, paru aux PUL en 2010.

Dans cet ouvrage, Annabel Kim étudie trois autrices jamais étudiées ensemble jusqu’ici : Nathalie Sarraute, Monique Wittig et Anne Garréta, respectivement rattachées au Nouveau Roman, au MLF, à l’Oulipo. Elle les étudie autour de ce qu’elle appelle d’abord « l’anti-difference movement » ou « l’anti-difference feminism », un mouvement littéraire jamais nommé, mais dans lequel ces femmes de lettres françaises ont refusé d’être identifiées à une écriture féminine, et d’utiliser une écriture différenciant ou hiérarchisant les êtres grâce à une réinvention et un travail profond sur « la matière » qu’est le langage. Ceci pour indifférencier les voix du récit que Monique Wittig appelle les “interlocuteurs” du récit quand elle décrit le travail de Sarraute. Ce mouvement littéraire, dont Annabel Kim forge le nom, est décrit et redéfini au fil de l’ouvrage par le terme Anti-Identitarian French Feminism. Pour Annabel Kim, cette volonté d’indifférenciation (c’est-à-dire de ne pas distinguer de figure de héros) est en elle-même une démarche féministe qui s’inscrit dans le courant féministe minoritaire du French Feminism dont on parle aux États-Unis, mais qui va au-delà du féminisme matérialiste.

Cet ouvrage nous rappelle comment la littérature est intrinsèquement liée à la compréhension des féminismes par les sciences sociales, alors qu’elle en est le plus souvent exclue.

A la demande, un vademecum, peut être fourni sous forme d’un fichier à télécharger, pour vous permettre de préparer la séance. Il s’agit, d’une part du deuxième chapitre du Chantier Littéraire et de sa traduction par Annabel Kim, mais également d’extraits de Fruit d’Or, de Tropismes de Nathalie Sarraute, étant donné que le travail de Sarraute est évoqué tout au long de ce deuxième chapitre. Un extrait des Guérillères de Monique Wittig permet également de voir comment l’indifférenciation de Sarraute (soit par l’entrée directe dans le stream of consciousness ou l’interlocution des personnages dans Fruits d’Or, soit par l’usage d’un « ils » non défini dans Tropismes) est retravaillée par Monique Wittig dans sa façon de revisiter le genre épique, avec l’usage d’un « elles », forme collective et féministe de l’héroïsme. Enfin un extrait de l’introduction d’Unbecoming Language : Anti-Identitarian French Feminist Fictions d’Annabel Kim.

Vademecum felicite à la séance du 18 mars : écrire à samantha.saidi [at] ens-lyon.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search