21 mars 2022 ▾ Coraline Jortay : Des langues inégales? Traduction et féminisme dans la Chine des années 1920-30

Le 21 mars, de 9h30-12h.

En visioconférence et en présentiel à l’ENS de Lyon, site Descartes (salle D4.260, salle de réunion Triangle 2e étage).

Coraline Jortay est Laming Junior Research Fellow au Queen’s College de l’Université d’Oxford, où elle prépare une monographie retraçant les débats littéraires, politiques et linguistiques qui ont entouré « l’invention » des pronoms marqués en genre en chinois dans la première moitié du vingtième siècle. Elle est également co-fondatrice du China Academic Network on Gender (CHANGE – https://change.hypotheses.org) et traductrice de littérature sinophone en français.

Résumé :

Les années 1920-1930 en Chine ont été le temps d’un afflux de traductions et de réformes linguistiques tout à fait singulières, tant par leur ampleur que par la radicalité de leurs propositions : faut-il abroger les caractères chinois au profit d’un alphabet qui noterait exclusivement les sons de la langue ? Faut-il transplanter des catégories grammaticales entières des langues européennes dans la langue chinoise au nom du progrès et de la modernité linguistique ? À cette même époque, la « question de la femme » et de sa place dans la société devient progressivement un enjeu social de premier plan avec l’essor de la presse périodique et l’émergence d’un mouvement suffragiste et d’un féminisme anarchiste inspiré par son homologue japonais. Dans ce contexte historique particulier, une série de linguistes, traducteurices et auteurices s’interrogent sur les rapports entre langues, différents types d’écritures (alphabétique ou non-alphabétique) et représentations de genre, ainsi que la manière dont la traduction peut agir comme révélateur de discriminations. Ce sont ces débats du siècle dernier que cette intervention se propose de récupérer. Ce faisant, elle permet de mettre en lumière non seulement le rôle qu’a pu jouer la traduction dans la manière dont les questions de genre ont été pensées, écrites, et débattues en Chine au début du vingtième siècle, mais également de réfléchir plus largement à la manière dont les débats d’hier peuvent éclairer ceux d’aujourd’hui.

Discussion : Samantha Saïdi

—-

Inscriptions : samantha.saidi [at] ens-lyon.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search