23 nov. Noémie Grunenwald : Bousculer la langue & pirater la culture : pratiques féministes de la traduction et de l’édition

Intervenante

Noémie Grunenwald est membre du projet FÉLiCiTÉ. Traductrice, éditrice, chercheuse indépendante et barmaid. Formée sur le terrain militant féministe et LGBT, elle a traduit en français des textes de référence (bell hooks, Julia Serano, Minnie Bruce Pratt, …) ainsi que de nombreux articles militants et communautaires. Depuis plusieurs années, elle publie des articles et traductions féministes dans des revues, des brochures et sur des blogs, et a notamment co-dirigé le #5 des Cahiers de la Transidentité. Fondatrice de la maison d’édition Hystériques & AssociéEs, elle souhaite contribuer à la trop rare diffusion en français de textes féministes, lesbiens et/ou trans historiques, ainsi que participer à la diffusion des travaux d’autrices marginalisées.

Le 23 novembre, à l’ENS de Lyon, en salle D4.260 (site Descartes, bâtiment 4, 2ème étage)

21 septembre : Rentrée de FELiCiTE

Nous avons le plaisir de vous inviter le 21 septembre pour la rentrée de FELiCiTE. A l’ENS de Lyon, en salle D4.260 (site Descartes, bâtiment 4, 2ème étage.

Matin

9h-10h30 FELiCiTE Féminismes en ligne : Circulations, Traductions, Editions Vanina Mozziconnacci, Françoise Orazi et Samantha Saïdi

11h-13h Réunion de rentrée des membres du projet

Après-Midi

14-17h Atelier de traduction : Héloïse Thomas présente un extrait Witch-Hunting, Past and Present, and the Fear of the Power of Women de Silvia Federici.
Modération Léna Kerveillant et Samantha Saïdi
Révision collective des passages problématiques choisis par le/la traducteur·rice, avec conseils des participant·es.

Bienvenue sur le carnet de FELiCiTE

Bienvenue sur notre blog !

Ce carnet vise à exposer les avancées du projet collectif FELiCiTE (Féminismes En Ligne : Circulations, Traductions, Editions) qui verra le jour en septembre 2018.

Le projet est porté par une équipe pluridisciplinaire au sein du LabEx COMOD et du laboratoire Triangle (UMR 5206) à Lyon. FELiCiTE est constitué de trois volets. Il regroupe :

  • des ateliers de traductologie féministe (resp. Samantha Saïdi),
  • une plateforme de traduction collaborative en ligne (resp. Vanina Mozziconacci),
  • ainsi qu’une revue en études de genre avec comité scientifique (resp. Françoise Orazi).

Ce blog est consacré aux actualités du projet (événements, participant.e.s, etc.) ainsi qu’à ses ressources scientifiques (bibliographies, tutoriels, vidéos de conférences, etc.).

Les membres fondatrices du projet sont :

Vanina Mozziconacci. Agrégée de philosophie et post-doctorante rattachée au LabEx COMOD. Sa thèse porte sur les théorisations féministes de l’éducation. Elle traduit actuellement vers le français l’ouvrage Women and Economics de Charlotte Perkins Gilman.

Françoise Orazi. Maître de conférences, HDR, en civilisation britannique. Elle a travaillé sur l’histoire du libéralisme et du féminisme. Elle a notamment traduit les textes féministes de J.S Mill et dirigé la traduction de deux ouvrages de Jeffrey Weeks.

Samantha Saïdi. Ingénieure d’étude spécialiste d’éditions et d’humanités numériques au laboratoire Triangle. Actuellement en Master 2 de Traduction Littéraire et Edition Critique à l’université Lumière Lyon-2, elle traduit vers le français des textes de sociologie ou d’histoire orale des minorités LGBT+ aux Etats-Unis.


Welcome to our blog !

The aim of this academic blog is to make  FELiCiTE  (Online Feminisms: Circulation, Translation, Edition) news available.  FELiCiTE’s network  will be launched in September 2018 .
Its founding members come from various disciplines and work in Lyon ( LabEx COMOD and  Triangle research unit (UMR 5206).
FELiCiTE combines three projects: first, a  feminist translation studies seminar, secondly, an online collaborative translation platform, and thirdly, a peer-reviewed academic journal in gender studies.
Our posts on this blog will announce events and offer scientific contents.

Argumentaire

Par manque de traductions, on a vu parfois certains champs scientifiques prendre des années de retard en France, et cela de manière particulièrement significative pour les études de genre (Möser 2013). Considérant la traduction dans la tradition de l’herméneutique (Ricœur 1968, 1970, 1978, 2004 ; Wilhelm 2014), nous souhaitons l’inscrire au cœur de nos pratiques de recherche en études de genre. Pour cela, nous avons pour projet de mettre en place des ateliers de traduction qui s’appuieraient à la fois sur la constitution d’un collectif de traducteurs·rices et chercheur·es spécialisé·es en études de genre (basé·es à Lyon : UMR Triangle/LabEx COMOD), et sur la création coordonnée d’une plateforme collaborative de traduction ainsi que d’une revue électronique de textes traduits avec comité de lecture.

Traduire en tant que féministe n’est pas un acte neutre. Comme l’ont conceptualisé, dès les années 90 au Canada, des spécialistes de la traduction de textes féministes (de l’anglais vers le français et vice versa) comme Susanne de Lotbinière-Harwood (Lotbinière-Harwood 1991), la traduction permet à la fois une réappropriation des concepts de la langue source, mais également l’affirmation d’une langue « féministe » face au « discours patriarcal » et face à des siècles d’invisibilisation des femmes et d’assise androcentrique dans la langue cible, depuis la normalisation du français au XVIIe (Candea, Chevalier, Duverger et Houdebine 2016). Traduire en féministe permettrait donc un « affranchissement du discours dominant » (Delisle 1993) dans la langue cible mais aussi un affranchissement des traditions traductologiques basées sur « des métaphores sexuelles ou sexistes » (Wilhelm 2014) comme celle de l’herméneutique de l’élan et de la pénétration (George Steiner 1978) ou comme celle de beauté vs fidélité en traduction, inventé par Gilles Ménage et développé par Georges Mounin (Mounin 1992) (sur la critique de la métaphore des Belles infidèles voir par exemple Chamberlain 1988, Von Flotow 2014). Nous pourrions pour cela nous appuyer sur ce que nous pouvons appeler une traductologie féministe, comme celle de Lori Chamberlain (Chamberlain 2004), de Susan Bassnett (Bassnett 1993), de Gayatri Spivak (Spivak 1996).

Cependant nous nous appuierons également sur d’autres traductologues comme Rosemary Arrojo. En effet,  celle-ci (Arrojo 1994) critique à son tour la violence faite au texte source assumée par des traductrices féministes comme Suzanne Jill Levine, pour des raisons politiques. Rosemary Arrojo rappelle que si Jacques Derrida voyait la traduction comme une « écriture productive », et une forme de texte « original », il ne peut en aucun cas servir de caution à la subversion volontaire des textes sources. Pour elle « la traduction est vraiment sujette à ce que nous pourrions appeler, via Derrida, un « double lien », c’est à dire, qu’elle est la fois […] possible et impossible, à la fois protectrice et abusive, et à la fois fidèle et infidèle, à la fois production et reproduction de sens. » Il est important, dans cette perspective, elle aussi féministe, de réfléchir aux formes d’affranchissement respectueuses des textes cibles, comme par exemple une utilisation de l’écriture inclusive contextuellement justifiable (utilisation de celle-ci quand on ne peut déterminer du texte original si on parle d’hommes ou de femmes).

Démarches méthodologiques

Ateliers et traductologie féministe

Les ateliers réguliers réunissant les traducteurs·rices impliqué·es dans un projet en cours seront l’occasion d’une transmission de savoir-faire. Les textes en cours de traduction pourront y faire l’objet de discussions autour des concepts traduits et de leur réception sémantique dans la langue cible. Ces séances pourront aussi être l’occasion d’aborder d’autres problèmes de traductologie : Faut-il rester proche du texte source ou se rapprocher de la langue cible selon le type d’édition (Ladmiral 2014) ? Comment vérifier le vocabulaire d’une époque ? etc. Mais, nous aborderons également des problèmes spécifiques à ce que nous pourrions appeler une traductologie féministe : par exemple une réflexion sur « l’éthique en traduction » (Van Wyke 2013), une remise en question des métaphores de la traduction (Chamberlain 2014), ou tout simplement, d’un point de vue grammatical, comment traduire en français un substantif anglais neutre comme « partner » alors que les équivalents français sont soit masculins soit féminins ? Il faudra pour cela, à la fois s’aider du contexte d’énonciation, mais également d’ outils disponibles dans la langue cible, comme la féminisation.

Binômes pour les traductions

Sur le modèle de la programmation en binôme (peer-programming) – pratique qui a contribué à une amélioration de l’intégration des femmes dans les cursus informatiques à l’université (Braught, Wahls et Marlin Eby 2011) et qui a été éprouvée depuis 12 ans dans notre laboratoire autour des projets d’Humanités Numériques – nous privilégierons le travail à deux personnes, avec l’échange des rôle traducteur·rice conducteur·rice et traducteur·rice observateur·rice. La plateforme de traduction permettra d’effectuer cette collaboration à distance (Schenk, Prechelt et Salinger 2014). Par exemple, chacune des deux personnes travaillera de manière approfondie (en tant que traducteur·rice conducteur·rice) sur un texte. L’autre personne s’occupera (en tant que traducteur·rice observateur·rice) de la relecture de l’ensemble du texte de l’autre, et lui proposera des corrections / amendements. Cette organisation permet à la fois la spécialisation du/de la traducteur·rice conducteur·rice dans un domaine spécifique, mais également l’acculturation au domaine de spécialité de l’autre en tant que traducteur·rice observateur·rice. Cette méthode de travail en binôme permet en effet (comme lors de l’écriture d’un code informatique qui est un texte d’instruction écrit dans un langage informatique), un repérage des erreurs plus rapide et une meilleure qualité du texte (Cockburn et Williams 2000).

Une plateforme collaborative de traduction

Une plateforme collaborative de traduction faciliterait ce travail à distance. Les administrateurs·rices pourraient y gérer les comptes, les projets, et les processus de validation des textes (multipostage de la traduction anonymisée à différentes adresses mail pré-enregistrées des membres du comité scientifique). Les utilisateurs·rices traducteurs·rices pourraient y créer des projets autour d’un texte à traduire (import du texte, renseignement des métadonnées, des droits), et proposer en regard, une traduction dans une langue choisie, avec possibilité de réorganiser les segments mais également de créer un concordancier pour chaque mot problématique du texte source. Sa tâche serait facilitée par un éditeur de style (italiques, etc.) mais également par la possibilité d’ajouter des commentaires en marge. Le/la relecteur·rice choisie pourrait apporter d’autres commentaires suggérant des améliorations ou compléter la traduction.

Revue : Validation par un comité scientifique et publication en ligne

Chaque traduction finie sera envoyée par les traducteurs·rices ou un.e administratrice « éditrice » de la plateforme au comité scientifique. Chaque texte validé par le comité scientifique sera corrigé (d’après les remarques du comité) avant une publication sur la revue scientifique FELiCiTE : Féminismes En Ligne: Circulations Traductions & Editions.

Aller plus loin : édition critique

Les traducteurs·rices gardent les droits acquis précédemment sur la traduction et pourront ré-utiliser leurs textes pour des traductions enrichies (apparat critique, préfaces explicatives, etc.) dans des ouvrages scientifiques (ouvrages collectifs, anthologies, etc.).

Bibliographie

ARROJO, R. (1994) « Fidelity and The Gendered Translation ». TTR, 7, 2, p. 147-163. Consulté à l’adresse : https://doi.org/10.7202/037184ar

ARROJO, R. (1995) « Feminist, “Orgasmic” Theories of Translation and their Contradictions ». In TradTerm, 2, p. 67-75.

BASSET, L. (2010) Aimer sans dévorer. Paris, Éditions Albin Michel.

BASSNETT, S. (1993) Comparative Literature. A Critical Introduction. Oxford : Blackwell.

BERRICHI, A. (2012) « La traduction en sciences sociales ». In Traduire. Revue française de la traduction, (227), p. 16‑28. https://doi.org/10.4000/traduire.467

BOULANGER, P.-P. (2008). Sa langue se glissa dans sa bouche. De la traduction des adjectifs possessifs his/her dans le récit érotique. Palimpsestes. Revue de traduction, (21), 109‑119. https://doi.org/10.4000/palimpsestes.76

BRAUGHT G., WAHLS T. et MARLIN EBY L. (2011) « The Case for Pair Programming in the Computer Science Classroom », Transactions on Computing Education, vol. 11, no 1,‎ février 2011.

CANDEA M., CHEVALIER Y., DUVERGER Y. et HOUDEBINE A.-M. (2016) L’académie contre la langue française. Donnemarie-Dontilly : Editions iXe.

CHAMBERLAIN, L. (1988) « Gender and the Metaphorics of Translation ». In L. Venuti, dir. The Translation Studies Reader. Londres et New York : Routledge, p. 306-321. Consulté à l’adresse : http://www.jstor.org/stable/3174168

COCKBURN A. et WILLIAMS L. (2000) « The Costs and Benefits of Pair Programming », Proceedings of the First International Conference on Extreme Programming and Flexible Processes in Software Engineering (XP2000), vol. 43, no 5,‎ mai 2000

DAVIS, K. (s. d.). The Making of Our Bodies, Ourselves. Durham: Duke University Press. Consulté à l’adresse www.dukeupress.edu/the-making-of-our-bodies-ourselves

DELISLE, J. (1993) « Traducteurs médiévaux, traductrices féministes : une même éthique de la traduction? » In TTR : traduction, terminologie, rédaction, 6(1), 203‑230. https://doi.org/10.7202/037144ar

DERRIDA, J. (1979) « Living On / Border Lines » trad. James Hulbert. In Harold Bloom et all (ed) Deconstruction and Criticism. New-York : Seabury Press, p. 75-176.

DERRIDA, J. (1982) L’oreille de l’autre (otobiographies, transferts, traductions). Textes et débats avec Jacques Derrida, sous la direction de Claude Lévesque et Christie V. McDonald. Montréal  : VLB éditeur.

DES ROCHERS, A. (2015). Les stratégies de résistance féministe, lost in translation : comment la prose d’Ena Lucía Portela met les éthiques de la traduction à l’épreuve (Thèse). École de traduction et d’interprétation de l’université d’Ottawa, Ottawa. Consulté à l’adresse https://ruor.uottawa.ca/bitstream/10393/31877/1/Des_Rochers_Arianne_2015_these.pdf

D’HULST, L. (1992) « Sur le rôle des métaphores en traductologie contemporaine ». In Target, 4, 1, p. 33-51.

DIAZ-DIOCARETZ, M. (1985) Translating Poetic Discourse : Questions on Feminist Strategies in Adrienne Rich. Amsterdam/Philadelphie : John Benjamins Publishing Co.

FALCERI, G. (2014). View of Nancy Huston, Self-Translation and a Transnational Poetics. Ticontre. Teoria Testo Traduzione, (2), 19.

von FLOTOW, L. (1998) Le féminisme en traduction. In Palimpsestes. Revue de traduction, (11), 117‑133. https://doi.org/10.4000/palimpsestes.1535

von FLOTOW, L. (1991) « Feminist Translation: Contexts, Practices and Theories ». In TTR : traduction, terminologie, rédaction, 4, 2, p. 69-84.

von FLOTOW, L. (1997) Translation and Gender: Translating in the “Era of Feminism”. Manchester, St. Jerome; Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa.

von Flotow, L. (1998). Le féminisme en traduction. Palimpsestes. Revue de traduction, (11), 117‑133. https://doi.org/10.4000/palimpsestes.1535

von FLOTOW, L. (2001) Gender in Translation: The Issues Go on. University of Ottawa.

FIDECARO, A. PARTZSCH, H. van DIJK, S. COSSY, V. dir. (2009) Femmes écrivains à la croisée des langues, 1700-2000 / Women Writers at the Crossroads of Languages, 1700-2000. Genève : Mètis Presse, coll. Voltiges, p. 43-53.

Fort, C. (2008). Traduire le neutre sans neutraliser le littéraire : Written on the Body de Jeanette Winterson et In Transit de Brigid Brophy. Palimpsestes. Revue de traduction, (21), 55‑73. https://doi.org/10.4000/palimpsestes.72
FOURTINA, H. (2008). Le genre et ses poussières (d’or). Considérations sur le genre, le gender – et leurs traductions. Palimpsestes. Revue de traduction, (21), 9‑19.
FROELIGER, N. (2013). En plein milieu des confins. Éléments pour la construction d’une réflexion en traduction pragmatique. Volume I. Note de synthèse En plein milieu des confins – Éléments pour la construction d’une réflexion en traduction pragmatique (HDR). Linguistique. Université Stendhal – Grenoble III, Grenoble. Consulté à l’adresse https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00971732/document

GAVRONSKY, S. (1977) « The Translator: From Piety to Cannibalism ». In SubStance, 6/7, 16, p. 53-62.

GODARD, B. (1991) « Translating (With) the Speculum ». In TTR : Traduction, terminologie, rédaction, 4, 2, p. 85-121.

GODAYOL, P., POTEZ PICHOT, B. P. (2014) « Censure, féminisme et traduction : Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir en catalan, Censorship, Feminism and Translation : The Second Sex by Simone de Beauvoir in Catalan ». In Nouvelles Questions Féministes, 32(2), 74‑89. Consulté à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2013-2-page-74.htm

HOUYAUX, J. (2013). Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles. de Gisèle Sapiro (dir.) Paris, La Documentation française (Recension) (p. 268‑269). Consulté à l’adresse http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/8779

HUSTON, N. (2007) « Traduttore non è traditore ». In M. Le Bris et J. Rouaud, dir. Pour une littérature-monde. Paris : Éditions Gallimard, p. 151-160.

KADISH D. Y. (ed.) (1994) (Translating Slavery: Gender and Race in French Women’s Writing, 1783–1823. Kent: The Kent State University Press.

JOHNSON, B. (1985) « Taking Fidelity Philosophically ». In J. F. Graham, dir. Difference in Translation. Ithaca : Cornell University Press, p. 142-148.

LADMIRAL, J. (1986) « Sourciers et ciblistes ». In Revue d’esthétique, 12, p. 33-42.

LADMIRAL, J. (1990) « Pour une théologie de la traduction ». In TTR : traduction, terminologie, rédaction, 3, 2, p. 121-138.

LADMIRAL, J. (1990) « La traduction proligère ? − Sur le statut des textes qu’on traduit », In Meta, 35, 1, p. 102-118.

LADMIRAL, J. (1991) « La langue violée ? » In Palimpsestes, 6, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, p. 23-33.

LADMIRAL, J. (1995) « Traduire, c’est à dire… Phénoménologies d’un concept pluriel ». In Meta, 40, 3, p. 409-420.

LADMIRAL, J. (2012) « Une anthropologie interdisciplinaire de la traduction ». Entretien avec Jane Elisabeth Wilhelm. In Meta, 57, 3, p. 546-563.

LEONARDI, V. (2007) Gender and Ideology in Translation: Do Women and Men Translate Differently? A Contrastive Analysis from Italian to English. New York: Peter Lang.

de LOTBINIÈRE-HARWOOD, S. (1991) Re-belle et infidèle. La traduction comme pratique de réécriture au féminin. The Body Bilingual, Translation as a Rewriting in the Feminine. Montréal : Les éditions du remue-ménage/Women’s Press.

LOUAR, N. (2008). Notre Dame du Queer ou du mauvais genre en traduction. Palimpsestes. Revue de traduction, (21), 121‑134. https://doi.org/10.4000/palimpsestes.78

MALENA, A., & TARIF, J. (2015). « La traduction féministe au Canada et les théories postcoloniales : une influence réciproque ? » Diacronia.ro, 14. Consulté à l’adresse : http://www.diacronia.ro/ro/indexing/details/A23050/pdf

MARGALA, M. (s. d.). Translatress, Translator, Translation, 12.

MATHIEU, N. (1991) L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe. Paris : Éditions Côté-femmes.

MOLINO, J. (1985) « Pour une histoire de l’interprétation : les étapes de l’herméneutique (suite) ». In Philosophiques, 12, 2, p. 281-314.

MÖSER, C. (2013) Féminismes en traductions. Théories voyageuses et traductions culturelles. Paris (France) : Editions des Archives Contemporaines.
Consulté à l’adresse :
http://www.academia.edu/7229041/F%C3%A9minismes_en_traductions

MOUNIN, G. (1994) Les belles infidèles. Lille, Presses universitaires de Lille.

NIRANJANA, T. (1992) Siting Translation. History, Post- Structuralism, and the Colonial Context. Berkeley : University of California Press.

PlLACIAL, C. (2014, février). Du danger certaines analogies en traductologie (sur les belles infidèles et le viol de la langue) – langues de feu. Consulté 31 mai 2018, à l’adresse https://languesdefeu-hypotheses-org.bibelec.univ-lyon2.fr/686

PUCHE, O. « Une Voix/ Voie (proto)féministe au XVIIe siècle: Les Epîtres héroïques d’Ovide traduites en Vers François de Marie-Jeanne L’Héritier ». (2017, juin). Communication présentée à la Journée d’étude La littérature aujourd’hui? Sujet, objet, médium. Jeunes chercheurs dans la cité, à Lille. Consulté à l’adresse : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01528011/document

RAGUET, C. dir. (2008) Traduire le genre grammatical : un enjeu linguistique et/ou politique ? Palimpsestes, 21 : 2008. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle. Consulté à l’adresse : https://journals-openedition-org.bibelec.univ-lyon2.fr/palimpsestes/62

Raková, Z. (2014). Les théories de la traduction. Brno : Masarykova Univerzita. 263 p. Consulté à l’adresse : https://digilib.phil.muni.cz/data/handle/11222.digilib/130676/monography.pdf

RICŒUR, P. (1968) « Contribution d’une réflexion sur le langage à une théologie de la parole ». In Revue de théologie et de philosophie, 18 n°5-6.

RICŒUR, P.  (1970) « Qu’est-ce qu’un texte? Expliquer et Comprendre », in BUBNER, CRAMER & WIEHL (hrsg.). Hermeneutik und Dialektik.
Tübingen : Mohr, 1970, pp. 181-200

RICŒUR, P. (1977) « Herméneutique de l’idée de Révélation » in La révélation. Bruxelles : Publication des facultés universitaires Saint Louis, 1977, (p.15-54)

RICŒUR, P. (2004) Sur la traduction. Paris : Les Belles Lettres. 84 p.

RIVARD, A.-M. (2017). Humour post-phallique, poétique féministe et traduction activiste : The Female Man de Joanna Russ en français (Mémoire). Montréal : Université Concordia de Montréal. Consulté à l’adresse : https://spectrum.library.concordia.ca/983061/1/Rivard_MA_F2017.pdf

ROBERT-FOLEY, L. (2016). « La traduction queere ». Communication présentée à Journée d’études. Littérature comparée et Gender–Queer : vers un dépassement des identités?, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Consulté à l’adresse http://www.outranspo.com/wp-content/uploads/2017/03/La-traduction-queere.pdf

SAPIRO G. dir. (2012) Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles. Paris : La Documentation française. Collection Questions de culture, (24), pp. 268‑269.

SARDIN, P., dir. (2009) « Traduire le genre : femmes en traduction ». In Palimpsestes, 22, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

SCHENK, J., PRECHELT, L. et SALINGER, S. (2014) « Distributed-pair programming can work well and is not just distributed pair-programming », Companion Proceedings of the 36th International Conference on Software Engineering,‎ juin 2014

SCOTT, J. (1988) « Genre : une catégorie utile d’analyse historique ». Trad. Eleni Varikas. Les Cahiers du Grif, 37/38, Paris, Éditions Tierce, p. 125-153.

SIMON, S. (1996) Gender in Translation: Cultural Identity and The Politics of Transmission. London. New York: Routledge.

SPIVAK, G. C. (1996) « Feminism and Critical Theory ». In D. Landry et G. MacLean, dir. The Spivak Reader. Selected Works of Gayatri Chakravorty Spivak. Londres et New York : Routledge, p. 53-74.

SPIVAK, G. C. (2004 [1993]) « The Politics of Translation ». In L. Venuti, dir. The Translation Studies Reader, Londres et New York : Routledge, p. 369-388.

SPIVAK, G. C. (2012) « Culture: Situating Feminism ». In An Aesthetic Education in the Era of Globalization. Cambridge, Harvard University Press, p. 119-136.

St. ANDRÉ, J, dir. (2010) Thinking Through Translation with Metaphors. Manchester, St. Jerome.

STEINER, G. (1978 [1975]) Après Babel. Une poétique du dire et de la traduction. Trad. Lucienne Lotringer. Paris, Éditions Albin Michel.

TATILLON, C. (1992). Susanne de Lotbinière-Harwood. Re-Belle et Infidèle / The Body Bilingual. Toronto-Montréal, Women’s Press / Les éditions du remue-ménage, 1991. TTR : traduction, terminologie, rédaction, 5(1), 278. https://doi.org/10.7202/014743ar
TATILLON, C. (2001). Louise-L. Larivière. Pourquoi en finir avec la féminisation linguistique ou À la recherche des mots perdus. Montréal, Éditions du Boréal, 2000, 149 p. TTR : traduction, terminologie, rédaction, 14(2), 225. https://doi.org/10.7202/000577ar

WILHEM, J. (2014) « Anthropologie des lectures féministes de la traduction ». In TTR : Traduction, terminologie, rédaction, 27(1), 149‑188. https://doi.org/10.7202/1037122ar

VAN WYKE, Ben (2013) « Translation and Ethics ». In C. Millan et F . Bartrina, dir. The Routledge Handbook of Translation Studies. Londres et New York, Routledge, p. 548-560.

ZHEN L. et EILEEN K. (2014) « Social effects of pair programming mitigate impact of bounded rationality », Proceedings of the 45th ACM technical symposium on Computer science education,‎ mars 2014.