Qui sommes-nous ?

Membres fondatrices du projet :

Vanina Mozziconacci. Agrégée et maîtresse de conférence en philosophie rattachée à l’université de Montpellier. Sa thèse porte sur les théorisations féministes de l’éducation. Elle traduit actuellement vers le français l’ouvrage Women and Economics de Charlotte Perkins Gilman.

Françoise Orazi. Maîtresse de conférences, HDR, en civilisation britannique (laboratoire Triangle, UMR 5206). Elle a travaillé sur l’histoire du libéralisme et du féminisme. Elle a notamment traduit les textes féministes de J.S Mill et dirigé la traduction de deux ouvrages de Jeffrey Weeks.

Samantha Saïdi. Ingénieure d’étude au laboratoire Triangle UMR 5206 en tant que traductrice et éditrice-développeuse en humanités numériques. Elle a traduit des textes de Michael P. Johnson, de Silke Bothfeld et différents matériaux sur l’histoire des luttes LGBT+ (articles, sous-titres, etc.). Elle traduit actuellement un ouvrage de Claire Renzetti sur les violences conjugales.

Héloïse Thomas. Doctorante et agrégée en Études Anglophones, rattachée au laboratoire CLIMAS (Cultures et Littératures des Mondes Anglophones EA 4196), elle donne des cours d’histoire littéraire, littérature comparée et de traduction à l’université de Bordeaux Montaigne (L1/L2 LEA et LLCE). Elle travaille à une thèse sur « Archives, Empire, Apocalypse : représentation de l’apocalypse dans la littérature nord-américaine du 21e siècle » et axe son travail sur les études de genre, les études post-coloniales, littérature et multilinguisme. Elle a donné de nombreuses communications et publications sur l’historiographie féministe, les femmes des marges dans la littérature.

Autres membres :

Charlie Brousseau. Etudiant-e en philosophie à l’ENS de Lyon. Ses mémoires de master ont porté sur les théories féministes, sous l’angle de l’écologie (Lorraine Code) et du pragmatisme (Shannon Sullivan). Ses projets actuels de recherche se concentrent sur les apports théoriques et pratiques du pragmatisme de John Dewey pour répondre aux questions posées par les épistémologies féministes.

Pauline Clochec. Normalienne et agrégée de philosophie, elle est spécialiste de philosophie allemande et de philosophie politique (IHRIM, UMR 5317). Elle a traduit les textes suivants : (de l’allemand au français) Engels, Écrits de jeunesse, tome 1, Paris, Éditions sociales, 2015, appareil critique et traduction, avec Jean-Christophe Angaut, Jean-Michel Buée, Emmanuel Renault et David Wittmann ; Kant, Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique, Paris, Ellipses, 2011, traduction et appareil critique ; (de l’anglais au français) Jamila M. H. Mascat, « Entre négativité et vanité. La critique hégélienne de l’ironie romantique », Archives de Philosophie, 2017/2 (tome 80).

Angeline Durand Vallot. Maîtresse de conférences en civilisation américaine (laboratoire Triangle, UMR 5206). Ses recherches portent sur l’histoire des femmes et du genre. Elle travaille sur l’histoire des femmes aux États-Unis (XIXème-XXème siècles), notamment sur la question des droits reproductifs.

Touriya Fili Tullon. Elle est maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (mondes arabes) à l’Université Lumière Lyon 2. Ses travaux portent sur la poétique de la traduction, les études sur le genre, et plus largement sur le rapport entre littérature et politique. Elle a co-dirigé avec Elena Chiti et Blandine Valfort l’ouvrage Ecrire l’inattendu: les « printemps arabes » entre fiction et histoire, Academia, 2015). Elle s’intéresse à la traduction postcoloniale et a publié dans ce sens des traductions de textes de Mahmoud Darwich, Edouard Glissant et Ayoub Mouzaïne. Sa dernière publication « L’emploi du genre dans les études littéraires au Maghreb » aborde la traduction de la notion de « genre » en arabe (entretien avec Christine Planté et Audrey Lasserre pour la revue Francofnia : Le Concept de genre a-t-il changé les études littéraires ?, n° 74 Primavera 2018, Bologne, Olshki Editore, 2018.

Séverine Gedzelman. Ingénieure d’étude CNRS, formée à la linguistique-informatique, elle accompagne les membres du laboratoire Triangle sur leurs projets de recherche en Humanités Numériques. Elle a conçu avec Jean-Claude Zancarini, professeur émérite d’Italien à l’ENS de Lyon, l’outil hyperMachiavel pour la visualisation de corpus parallèle et l’annotation d’équivalences traductionnelles.

Margot Giacinti. Doctorante en science politique à l’ENS de Lyon et rattachée au laboratoire Triangle. Elle s’intéresse au concept de féminicide et aux enjeux socio-historiques de sa catégorisation juridique en France, de la Révolution française à nos jours.

Noémie Grunenwald. Traductrice, éditrice, chercheuse indépendante et barmaid. Formée sur le terrain militant féministe et LGBT, elle a traduit en français des textes de référence (bell hooks, Julia Serano, Minnie Bruce Pratt, …) ainsi que de nombreux articles militants et communautaires. Depuis plusieurs années, elle publie des articles et traductions féministes dans des revues, des brochures et sur des blogs, et a notamment co-dirigé le #5 des Cahiers de la Transidentité. Fondatrice de la maison d’édition Hystériques & AssociéEs, elle souhaite contribuer à la trop rare diffusion en français de textes féministes, lesbiens et/ou trans historiques, ainsi que participer à la diffusion des travaux d’autrices marginalisées.

Lena Kerveillant. Étudiante en Master de Traduction Littéraire et Édition Critique à Lyon 2 (et référente FÉLiCiTÉ pour celui-ci), elle souhaite combiner féminismes militant et universitaire en traduisant autant pour des chercheur·ses que des collectifs. Après un mémoire intitulé Women On The Road : Hitch-hiking as an interruption of patriarchal order, elle souhaite faire avancer les études féministes en proposant de traduire depuis l’anglais, l’allemand, notamment dans le domaine de la géographie féministe.

Corinne Manchio. Docteure en études italiennes, spécialiste de Machiavel. Autrice d’une thèse : « Machiavel secrétaire et l’écriture de la politique : étude d’une langue de chancellerie au temps des guerres d’Italie (1498-1512) ».

Delphine Merx. Normalienne et agrégée de philosophie, doctorante à l’E.N.S de Lyon, ses recherches portent sur la domination des adultes sur les enfants comme point aveugle des théories contemporaines de la domination.

Lucy Michel. Agrégée de lettres modernes, docteure en linguistique française et ATER à l’ENS de Lyon, rattachée à l’IHRIM. Son travail de thèse porte sur la relation entre genre grammatical et dénomination de la personne en langue française. Elle s’intéresse de près à l’histoire politique et culturelle de la langue française, de son orthographe et de la façon dont celles-ci sont pensées dans la période contemporaine.

Cornelia Möser. Chargée de recherche CNRS, elle est spécialisée en études sur le genre, sciences de la culture, philosophie et science politique. Dans Féminismes en traductions. Théories voyageuses et traductions culturelles (2013), elle interroge les processus de traduction théorique et de transformation des concepts (et débats) féministes et du genre, en France et en Allemagne. Elle analyse en ce moment la place et le rôle de la sexualité dans la pensée queer et féministe depuis les années 1960.

Cécile Thomé. Doctorante en sociologie à l’EHESS / Iris, agrégée de sciences économiques et sociales, actuellement ATER en sociologie à Sciences Po Paris. Son travail de thèse vise à interroger les effets de la diffusion de la contraception médicale (puis de celle du VIH) sur la sexualité hétérosexuelle ainsi que sur les rapports de genre. Elle a co-traduit (de l’anglais vers le français) The Managed Heart, de la sociologue américaine Arlie R. Hochschild, spécialiste de la sociologie des émotions (Le prix des sentiments, La Découverte, 2017).

Maxime Triquenaux. ATER à l’université Lyon 2 Lumières, doctorant en littérature française (IHRIM), agrégé de lettres modernes, ses recherches portent sur les enjeux de la représentation littéraire de figures de nobles faces à la Révolution française.

Léa Védie. Doctorante en philosophie au sein du laboratoire Triangle, à Lyon, elle travaille sur la manière dont les pratiques militantes féministes (et notamment les pratiques de non-mixité) permettent de repenser la question du sujet politique du féminisme.

Anne Verjus. Directrice de recherche au CNRS (actuellement détachée auprès de NYU, elle est également associée au laboratoire Triangle UMR 5206). Spécialiste de la période révolutionnaire et des questions de citoyenneté et de conjugalité, elle travaille actuellement sur une utopie féministe de l’époque révolutionnaire, à travers sa circulation en trois langues (français, anglais, allemand) dans l’espace de la cause des femmes au tournant du XIXème siècle.

Jane Elisabeth Wilhelm. De nationalités suisse, canadienne et américaine, elle a enseigné la traduction, la langue et la littérature françaises dans plusieurs universités au Canada ainsi qu’en Suisse. Elle est actuellement en poste à l’Université de Genève. Bilingue français-anglais, elle est titulaire d’un doctorat en littérature comparée de l’Université de Montréal. Ses domaines de recherche sont l’histoire et la théorie de la traduction, la littérature comparée, l’herméneutique et la communication interculturelle. Ses dernières publications incluent « La traduction, principe de perfectibilité, chez Mme de Staël », META (Vol. 49, no 3, septembre 2004), numéro spécial intitulé « L’histoire de la traduction et la traduction de l’histoire »  et « Anthropologie des lectures féministes de la traduction », TTR : Traduction, terminologie, rédaction, 27(1), 149‑188.